Projet The Gates à Central Park

Ville de New York

Même les artistes se tournent vers RWDI pour nos services de soutien technique. Dans le cas du projet The Gates de Christo dans Central Park à New York, notre soutien portait sur les analyses en matière d'étude des vents. Le but était d’assurer la stabilité de chacune des 7 503 structures en forme de porte qui devaient être érigées pour cette exposition se déroulant de janvier à février 2005. 

Les portes de 5 mètres de hauteur et de largeurs variées rappellent les portes japonaises torii que l'on trouve traditionnellement à l’entrée des sanctuaires shinto. Elles ont été installées le long d’un sentier de 37 km dans Central Park à New York. Chacune des portes se composait de deux montants et d'une barre transversale (des tuyaux de vinyle carrés). Un morceau de tissu en nylon de couleur safran pendait de la barre transversale et se rendait à mi-chemin du sol.

Photos

  • Le défi

    Toutes les portes étaient des structures individuelles autoportantes et devaient demeurer stables et debout pendant toute la durée de la construction et de l’exposition, et ce, même face aux rafales qui se produisent habituellement en hiver. Chaque élément vertical a été fixé à une longue et étroite plaque de base en acier perpendiculaire à l’axe de la porte. Étant donné qu’il s’agissait d’une exposition temporaire plutôt que d’une installation permanente, aucun des supports de porte ne pouvait être ancré au sol. La masse et la géométrie des plaques de base en acier devaient en fait être suffisantes pour résister aux charges induites par le vent sur les portes; seule la gravité les empêcherait de renverser en cas de vents violents. Nous avons été embauchés dans le but de valider le concept.

  • Notre approche

    Nous avons combiné une analyse statistique des données historiques relatives au vent pour Central Park avec des essais en soufflerie sur des maquettes des portes afin de déterminer le rendement des structures de base. En analysant les données météorologiques de New York du mois de février, moment où l’exposition aurait lieu, nous avons déterminé les vitesses de vent admissibles qui serviraient de référence lors des essais en soufflerie.

    Pour les essais en soufflerie, nous avons construit des maquettes aéroélastiques des portes à une échelle de 1/7, en trois largeurs différentes, géométriquement et aérodynamiquement semblables aux portes en pleine grandeur. Les essais préliminaires nous ont confirmé que le pire scénario de charges se produirait lors d'un vent soufflant de façon perpendiculaire à la porte et lorsque ce type de vent n’était pas directement touché par la présence de portes adjacentes.

    Tout au long des essais, nous avons soumis chacune des maquettes à un écoulement de vent turbulent simulé dans notre soufflerie à couche limite, mesurant à la base de chaque patte le moment où la maquette se renversait. Enfin, en appliquant le facteur d'échelle approprié, nous avons converti les réponses mesurées sur les maquettes aéroélastiques aux réponses en grandeur réelle. Les essais en soufflerie ont permis de déterminer le poids nécessaire à la plaque de base afin d'empêcher chacune des portes de renverser. Nos résultats ont permis à ceux qui étaient impliqués de concevoir le projet en toute confiance en fonction du niveau de sécurité approprié, tout en tenant compte de la possibilité de vents forts durant l’installation et l’exposition de The Gates.

  • Le résultat

    Le projet The Gates s’est poursuivi tout en sachant que les structures seraient stables, et ce grâce aux études détaillées et complètes qui avaient été faites avant son installation. Le maire de l'époque, Michael Bloomberg, a inauguré officiellement l'exposition The Gates le matin du 12 février 2005 en déroulant le premier morceau de tissu et dès l’après-midi tous les panneaux avaient été déployés. Au cours des deux semaines qui suivirent, environ 4 millions de visiteurs du monde entier ont visité Central Park dans le but de voir The Gates, qui a ensuite été retiré sans laisser de traces.